Accueil > VMware > les annonces VMware autour de vSphere 6
Fév/1530

1cloud-anyapp Hier soir pour les US et ce matin pour l’Europe, VMware vient de faire un énorme lancement autour de vSphere 6. Son approche du Software Defined DataCenter est encore plus tournée vers l’hybridité native des différents Clouds afin que vSphere 6 soit le moteur pour faire fonctionner toutes les générations d’applications : « One Cloud, Any Application, on any devices ».

 

Si vous avez raté cette session de lancement (encore disponible en replay), et en attendant de couvrir plus en détail les nouveautés techniques, voici un bref article pour résumer les annonces.

La représentation de ce slogan correspond au schéma ci-dessous. C’est à dire, à partir d’éléments d’infrastructure physiques (à créer soi-même jusqu’à l’hyper convergé) fournir les 3 piliers d’infrastructure virtualisée que sont le compute, le réseau et stockage pour construire un Cloud. Ce cloud peut être un mix entre du Cloud privé, managé via des Services Providers (vCloud Air Network) et/ou public via le Cloud VMware (vCloud Air) avec une gestion commune. Cette infrastructure Cloud doit ainsi pouvoir répondre à tous les besoins applicatifs de l’entreprise, aussi bien les applications traditionnelles (le plus souvent basé sur une approche scale-up) et les applications de 3ième génération conçues nativement pour le Cloud (avec une approche scale-out). Et enfin, in fine pour que l’utilisateur final puisse utiliser ces applications depuis tous périphériques dans un contexte de mobilité d’entreprise.

1cloud-anyapp-anydev

Pour commencer avec vSphere 6, cette version a été le plus long programme Beta avec des grosses phases de validations. Cette version contient plus de 650 nouveautés, en voici les majeurs:

  • amélioration de l’évolutivité horizontale (avec de plus gros hosts et de plus grosses VMs): 480 CPUs/host, 12 To RAM/host, 2048 VMs/host, 128 vCPU/VM, 4 To vRAM/VMs
  • amélioration de l’évolutivité verticale (avec plus de hosts et plus de VMs supportés): 64 hosts/cluster, 8000 VMs/cluster
  • prise en charge de Big Data Extensions et Pivotal CF (PaaS)
  • prise en charge des conteneurs Linux
  • prise en charge des vGPU de NVidia pour les performances graphiques dans les postes VDI
  • vMotion longue distance entre différents datacenters (RTT jusqu’à 100 ms)
  • vMotion entre différents vCenter
  • vMotion différents vSwitchs : entre standard et distribué mais aussi entre switchs distribués
  • vMotion compatible avec du réseau niveau 3 et du routage
  • vMotion des VMs en cluster MSCS utilisants des pRDMs
  • « Instant Clone »: clonage instantané des VMs (disques et mémoire), annoncé au VMworld sous le nom VMfork ou projet Fargo
  • Fault Tolerance des VMs jusqu’à 4 vCPUs. Avec la redondance du stockage de la VM.
  • Bibliothèque de contenu pour stocker les templates, les ISOs et les vApp/OVF. Ce contenu est synchronisé entre les différents vCenter et vCloud.
  • Plus de limitations fonctionnelles entre le vCenter pour Windows et l’appliance. Par exemple support du Linked-mode. L’appliance supporte maintenant 1000 hosts et 10000 VMs avec la base embarquée.
  • Conservation du Client lourd vSphere Client
  • Diverses améliorations du vSphere Web Client (une centaine) avec notamment l’amélioration par 5 de la réactivité de l’interface. Améliorations également du VM Remote Console (VMRC) pour se rapprocher de celui du client lourd.
  • Architecture « Platform Services Controller » pour le vCenter, pour que les services communs (SSO, Licences, Certificate Authority) puissent être globaux entre différents vCenter. Gestion du cycle de vie des certificats en tant que root CA (plus de certificats auto-signés).
  • Remplacement de vDP par vDP-Advanced, c’est à dire que toutes les fonctionnalités avancées de vSphere Data Protection Advanced sont désormais incluses dans vSphere.
  • Prise en charge du NFS 4.1
  • « Virtual Machine Component Protection » (VMCP) est une nouveauté de HA pour détecter les cas de « All Paths Down » (APD) ou de « Permanent Device Loss » (PDL) et redémarrer les VMs.
  • Intégration de Storage DRS avec VASA pour avoir connaissance des VMs Thin-provisionnées/dédupliquées/répliquées coté baie
  • Réservations en IOPS dans Storage I/O Control
  • Network I/O Control version 3 avec la possibilité de faire des réservations par VMs mais aussi de garantir la bande passante d’un niveau de services, ce qui peut être appliqué au niveau vNIC ou au niveau Distributed Port Group

Mais l’arrivée de Virtual Volumes dans vSphere 6. Ce qui permet une approche Software Defined Storage en s’appuyant sur la partie Storage Policy Based Management de vSphere. Cette approche compatible avec la majorité des constructeurs de stockage permet une abstraction du stockage. Et ainsi pouvoir simplifier les opérations de stockage mais aussi la fourniture des niveaux de services et leur consommation.

De plus, après seulement 9 mois d’existences et une forte adoption des clients (plus de 1200), Virtual SAN passe aussi en version 6 avec les améliorations suivantes:

  • possibilité de faire du 100% Flash (avec une licence complémentaire)
  • amélioration de l’évolutivité verticale (x2) avec 64 hosts supportés. Mais aussi du nombre de VMs supporté: 200 VMs/host vSAN.
  • amélioration des performances IOPS par 2 en Hybride (jusqu’à 40000 IOPS/host) et par 4 en full-Flash (jusqu’à 90000 IOPS/host). Soit jusqu’à 7 millions d’IOPS pour un cluster vSAN de 64 noeuds en full-Flash.
  • nouveauté mécanismes de Snapshots et de Clones des VMs, jusqu’à 32 snapshots supportés
  • architecture pour les Lames avec la prise en charge JBOD
  • « Rack-awareness » avec les Fault Domains pour répartir les données entre les racks d’une même salle et éviter les coupures liées à la perte électrique d’un ensemble de serveurs.

Et quelques autres annonces sur la partie management et Cloud:

  • Annonce de VIO 1.0 (VMware Integrated OpenStack) une distribution OpenStack prête à l’emploi et optimisée pour vSphere. Cette distribution est disponible pour les clients vSphere Enterprise+. Cette distribution constitue une version de niveau entreprise d’OpenStack à la possibilité de l’intégrer facilement aux autres composant VMware comme VSAN, NSX, vRealize Operations/LogInsight/Automation.
  • Intégration d’un service de Failback dans la partie vCloud Air Disaster Recovery (le PRA dans le Cloud)
  • Intégration de NSX dans vCloud Air et interconnexion avec votre Cloud Privé pour fournir un seul réseau avec une passerelle transparente et sécurisée sur la notion de Cloud Hybrid.
  • Site Recovery Manager 6 avec le support de vSphere 6 et de Storage DRS
  • vCloud Suite Advanced contient désormais vRealize Business Standard

 

  1. Pas encore de commentaire
  1. 03/02/2015 à 12:26 | #1